Quels sont les symptômes d’une crise d’anxiété ?

Parfois, les gens pensent que les crises d’anxiété et les crises de panique sont la même chose. Toutefois, d’un point de vue clinique, la panique et l’anxiété présentent des caractéristiques et des symptômes spécifiques différents. C’est pourquoi il est bon de les distinguer et de savoir comment les gens les vivent.

Les crises d’anxiété

« The Anxiety Attack  » n’est pas un terme clinique, mais il est utilisé par de nombreuses personnes pour décrire un sentiment intense d’inconfort dans lequel on se soucie d’un événement à venir ou éprouver des sentiments de terreur ou de peur qui ne répondent pas aux critères diagnostiques d’une crise de panique.

A découvrir également : Comment vivre avec une prise de conscience ?

L’anxiété est fortement liée à la surexploitation des « dangers » potentiels ou des menaces futures, et les symptômes peuvent être similaires à ceux de l’attaque de panique, bien que d’une intensité plus faible.

Les troubles anxieux les plus récurrents, mentionné dans le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM-5 American Psychiatric Association) :

A découvrir également : L'huile de cumin noir est-elle bonne pour les cheveux ?

  • Trouble anxieux généralisé (DAG)
  • Trouble d’attaque de panique (DAP)
  • Phobie spécifique
  • Phobie sociale

Il est normal d’être inquiet, de se sentir tendu ou effrayé si nous sommes sous pression ou que nous devons faire face à une situation stressante. L’anxiété est la réponse naturelle de notre corps au danger, une alarme automatique qui se déclenche lorsque nous nous sentons menacés.

Bien que cela puisse être désagréable, l’anxiété ne prend pas toujours une connotation négative. En fait, il peut nous aider à rester vigilants, à nous concentrer, à nous pousser à l’action et à nous motiver à résoudre des problèmes. Mais quand il devient constant, intrusif, lorsqu’il interfère avec les activités et les relations interpersonnelles, il dépasse la limite fonctionnelle et adaptative, et des perturbations peuvent se développer d’anxiété .

Comment vous sentez-vous ?

  • Êtes-vous constamment tendu, inquiet, sur les épines ?
  • Est-ce que l’anxiété que vous ressentez interfère avec les responsabilités professionnelles, scolaires ou familiales ?
  • Êtes-vous conditionné par les craintes que vous sachiez être irrationnel, mais que vous ne pouvez pas vous en débarrasser ?
  • Pensez-vous que quelque chose de mal va se produire si certaines choses ne se sont pas dérouler comme elles auraient dû l’avoir fait ?
  • Évitez-vous les situations ou les activités quotidiennes parce qu’elles vous inquiètent ?
  • Vous ressentez des sentiments de panique soudains et inattendus ?
  • Pensez-vous que les dangers et les catastrophes sont à tous les coins de rue ?

Si vous vous reconnaissez dans l’un de ces symptômes, vous pourriez souffrir d’un trouble anxieux.

Symptômes anxieux

Les troubles anxieux sont composés d’un groupe de troubles plutôt que d’une seule maladie, ils peuvent donc être différents d’une personne à l’autre. Une personne peut souffrir d’attaques intenses de l’anxiété qui éclate sans avertissement, tandis qu’un autre commence à se sentir mal seulement à l’idée d’assister à une fête. D’autres sont peut-être aux prises avec une peur extrême de conduire ou d’être submergés par l’idée de voir une araignée. D’autres encore, ils pourraient vivre dans un état constant de tension, s’inquiéter de tout et de tout le monde.

Malgré les différents types, tous les troubles anxieux présentent un symptôme dominant de peur ou de préoccupation grave et persistante dans des situations où d’autres personnes ne se sentent pas menacées.

Symptômes émotionnels et physiques de l’anxiété

L’anxiété est plus qu’un simple sentiment. Il est le produit de la réaction d’attaque ou d’évasion de l’organisme et comprend un large éventail de symptômes physiques. En raison des nombreuses sensations désagréables , les personnes souffrant d’anxiété confondent souvent leur maladie avec une maladie physique. Vous pouvez faire de nombreux examens médicaux et vous rendre à l’hôpital plusieurs fois avant que le trouble anxieux est détecté.

En plus du principal symptôme d’inquiétude et de peur excessives et irrationnelles, d’autres symptômes d’anxiété courants comprennent :

Symptômes émotionnels

  • Tachycardie
  • transpiration
  • Troubles gastriques
  • Besoin d’uriner fréquemment ou de diarrhée
  • Bref souffle
  • Tremblements ou chocs musculaires
  • Tension musculaire
  • Migraines
  • Fatigue
  • Insomnie

Symptômes physiques

  • Sensation d’appréhension — menace
  • difficulté à se concentrer
  • Tension
  • Tendance à anticiper les événements négatifs
  • Irritabilité
  • Secouer
  • Tendance à rechercher des signes de danger
  • Sensation de tête vide

Il existe différents types de troubles anxieux, chacun ayant son propre profil symptomatologique.

Combien de temps dure une crise d’anxiété ?

Un autre une distinction importante entre la crise de panique et celle de l’anxiété, est la durée. Contrairement à la panique dont les symptômes sont immédiats, ceux de l’anxiété peuvent être persistants et durer des jours, des semaines ou même des mois.

Aider les personnes souffrant de crises d’anxiété ?

Qu’il s’agisse de crises de panique, d’anxiété persistante ou des deux, le traitement efficace est toujours le traitement cognitivo-comportemental .

Les lignes directrices internationales pour le traitement des troubles anxieux recommandent des techniques cognitives comportementales pour apprendre des stratégies de gestion des moments d’anxiété ou de panique.

Différences cliniques entre trouble panique et anxiété

Les psychologues fondent leurs diagnostics sur les définitions du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5). Ce dernier utilise le terme « attaque de panique » pour désigner les symptômes associés à Trouble panique. Mais des crises peuvent également survenir en association avec d’autres troubles psychologiques.

Le terme « crise d’anxiété » n’est pas présent dans le DSM-5. L’anxiété est plutôt utilisée pour décrire une caractéristique clé de nombreuses affections incluses dans la catégorie macro des « troubles anxieux », à savoir :

— Trouble anxieux de séparation — Mutisme sélectif — Phobie spécifique — Trouble anxieux social (phobie sociale) — Trouble de crise de panique — Agoraphobie — Trouble anxieux généralisé — Trouble anxieux induit par une substance ou un médicament — Trouble anxieux dû à d’autres troubles médicaux

La même composante anxieuse est également présente principalement dans le trouble obsessionnel compulsif, le trouble de stress post-traumatique (TSPT) et le trouble anxieux de la maladie (hypochondrie).

Les crises de panique et les moments d’anxiété intense présentent des différences dans termes quantitatifs et qualitatifs :

L’attaque de panique

La caractéristique essentielle d’une crise de panique est l’apparition soudaine de peur ou d’inconfort qui atteint son apogée en quelques minutes, période durant laquelle quatre et plus de 13 se produisent. Symptômes physiques ou cognitifs tels que : palpitations ou tachycardies, transpiration excessive, tremblements ou chocs, dyspnée ou étouffement, douleur ou malaise thoracique, nausées ou douleurs abdominales, sensations d’essoufflement, difficulté à respirer ou déranger, étourdissements ou évanouissements, frissons ou bouffées de chaleur, sensation d’engourdissement ou de picotement, sentiments d’irréalité (déréalisation) ou de détachement de soi (dépersonnalisation), peur de perdre le contrôle ou devenir fou et craindre de mourir.

Habituellement, l’attaque de panique se distingue par des moments d’anxiété intense pendant le temps nécessaire pour atteindre le pic d’intensité qui se produit habituellement sur les genoux. pendant quelques minutes et pour la plus grande gravité des symptômes. Lors d’une crise de panique, ces dernières sont soudaines et extrêmement intenses, se produisent dans les 10 minutes, puis leur intensité est réduite. Cependant, certaines attaques peuvent durer plus longtemps ou se produire successivement, ce qui rend difficile de déterminer quand une attaque prend fin et qu’une autre commence. Enfin, après une attaque, il n’est pas inhabituel de se sentir inquiet ou contrarié le reste de la journée. Certains patients décrivent un sentiment d’épuisement et s’entraînent même plusieurs heures plus tard.

Cure de crise anxieuse

Quand vous parle du traitement des troubles anxieux (panique, phobies, anxiété sociale, trouble anxieux généralisé et autres pathologies). La recherche montre que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est non seulement l’option la plus efficace mais l’approche de l’excellence .

Chaque thérapie est adaptée et adaptée aux besoins de l’individu, car les différents troubles diffèrent considérablement entre eux. En fait, si une personne souffre d’un trouble panique, le traitement sera différent de celui de ceux qui cherchent de l’aide pour une anxiété généralisée, ainsi que la durée du traitement sera déterminée par la gravité et le type de trouble. Avec la thérapie cognitivo-comportementale, comme l’a démontré l’American Psychological Association, de nombreuses personnes obtiennent des améliorations significatives en 8 à 10 séances.

La psychothérapie cognitive comportementale aide pour faire ressortir les causes de l’anxiété, des inquiétudes et des craintes, pour examiner les situations d’un point de vue nouveau et développer la capacité de faire face aux problèmes afin de les résoudre de la manière la plus efficace possible.

La STC s’occupe donc de modifier les manières négatives et déformées avec lesquelles on regarde le monde et sur soi-même, les comportements et les émotions qui le suivent. Comme le suggère le nom lui-même, la STC est une combinaison de :

  • Thérapie cognitive qui examine comment les pensées ou les croyances négatives contribuent à l’anxiété.
  • Thérapie comportementale qui examine comment nous nous comportons et réagissons aux situations d’anxiété.

La prémisse fondamentale de la thérapie cognitivo-comportementale est que nos pensées, et non les événements externes, influencent notre façon de ressentir. Ce ne sont pas les situations dans lesquelles nous déterminons nos émotions, mais la façon dont nous interprétons et percevons. les situations elles-mêmes.

Par exemple, imaginez que vous veniez d’être invité à une grande fête. Pensez à trois façons différentes de penser à la situation et comment ces pensées affectent les émotions que vous ressentez :

Situation : Un ami vous invite à une fête

Pensées Émotion
« On dirait que la fête va être amusante. J’aime sortir et rencontrer de nouvelles personnes. » Bonheur, excitation
« Les fêtes ne sont pas faites pour moi. Il serait préférable de rester à la maison et de regarder un film. » Neutralité
« Je n’ai jamais su quoi faire et quoi dire lors des fêtes. C’est inutile pour moi d’y aller. » Anxiété, tristesse

Comme vous pouvez le constater, un même événement peut générer différentes émotions chez différentes personnes. Tout dépend des attentes, des aptitudes et des croyances individuelles. Par exemple, pour les personnes souffrant de troubles anxieux, de pensées Les négatifs alimentent les émotions négatives d’anxiété et de peur et d’évitement et échappent aux comportements. Le but du STC dans le traitement des troubles anxieux est d’identifier et de corriger les pensées et les croyances négatives, et de modifier les comportements. Si vous changez votre façon de penser et d’agir, vous pouvez modifier ce que vous ressentez.

Comment tester les pensées ?

En thérapie cognitivo-comportementale, cela se produit par la restructuration cognitive . C’est un processus par lequel les pensées négatives qui contribuent à l’apparition de l’anxiété sont modifiées, les remplaçant par des pensées positives plus réalistes. Le processus se déroule en trois étapes différentes :

  1. Identifier les pensées négatives : Dans les troubles anxieux, les situations sont perçues comme plus dangereuses qu’elles ne le sont réellement. Par crainte de contamination bactérienne, par exemple, serrez la main de quelqu’un peut sembler être une menace pour la vie d’une personne. Bien qu’il soit clair qu’il s’agit d’une peur irrationnelle, il peut être très difficile d’identifier vos pensées irrationnelles. Une stratégie consiste à vous demander ce que vous pensiez lorsque l’anxiété est apparue. Le thérapeute peut faciliter cette phase.
  2. Testez les pensées négatives : le thérapeute vous apprend comment évaluer les pensées anxiogènes. Cela implique de rechercher des preuves de pensées dysfonctionnelles, d’analyser des croyances inutiles et de tester la réalité des prédictions négatives. Les stratégies pour tester les pensées dysfonctionnelles comprennent : mener des expériences, évaluer les avantages et les inconvénients de l’inquiétude, ou éviter les situations craintes, et déterminer les chances réelles de voir les choses craintes qu’elles ne soient réellement réalisées.
  3. Remplacer les pensées négatives par des pensées réalistes : une fois que vous avez identifié les prédictions irrationnelles et les distorsions cognitives caractérisent les pensées anxieuses, vous pouvez les remplacer par des pensées nouvelles, plus réalistes et positives. Le thérapeute aidera à établir un dialogue interne positif et fonctionnel pour gérer et anticiper les situations qui causent normalement de l’anxiété.

Pour un exemple de la façon dont le processus de modification des pensées dysfonctionnelles fonctionne en thérapie cognitivo-comportementale, considérez la situation suivante : Maria ne veut pas prendre le métro parce qu’elle est sûre d’avoir une crise de panique, ce qui fera croire à tout le monde qu’elle est folle. La praticienne lui demande d’écrire ses pensées négatives, d’identifier les erreurs, les distorsions cognitives de sa pensée et d’écrire une interprétation plus rationnelle. Les résultats sont les suivants :

Pensées négatives Distorsions cognitives Des pensées plus réalistes
« Si j’avais une attaque, ce serait terrible. » Catastrophilisation « Je me rétablirais probablement dans quelques minutes. Ce n’est pas si terrible. »
« Que se passerait-il si je prenais le métro ? » Anticipation négative « Je n’ai jamais été malade auparavant, donc il est peu probable que cela m’arrive dans le métro. »
« Les gens croiront que je suis fou. » Inférence arbitraire « Les gens sont plus susceptibles de penser que j’ai eu une maladie et s’inquiètent pour moi. »

Très souvent, les pensées négatives font partie des modes de pensée acquis au cours de la vie. Par conséquent, il faut une formation constante pour briser ces habitudes et les changements à long terme ne peuvent être acquis que par une pratique quotidienne, systématique et régulière. Pour cette raison, la thérapie cognitivo-comportementale fait également appel à ce que l’on appelle les « devoirs à domicile ».

Le traitement Les troubles cognitifs comportementaux pour les troubles anxieux comprennent également :

  • Apprenez à reconnaître quand vous ressentez de l’anxiété et comment elle se manifeste au niveau du corps,
  • Apprenez les compétences d’adaptation et les techniques de relaxation pour gérer l’anxiété et la panique,
  • S’attaquer aux situations redoutées (dans l’imagination et la réalité)

Thérapie d’exposition

L’anxiété n’est pas une sensation agréable, donc la tendance à l’éviter est naturelle. Si vous avez peur de la hauteur, il est facile de marcher sur d’autres routes et de prendre encore trois heures de plus pour éviter de traverser un pont haut. Si la perspective d’un discours public met votre estomac dans la tourmente, vous éviterez peut-être d’assister au mariage de votre meilleur ami. Mais si vous évitez toujours les situations, vous n’aurez jamais la chance de les surmonter. Au début, vous vous sentirez peut-être soulagé, mais les choses ne feront que s’aggravent. En fait, éviter les craintes les rend souvent plus fortes. L’idée que le temps ajuste les choses est fausse et dangereuse.

La thérapie par exposition, comme le même nom l’indique, implique une exposition progressive et répétée de la personne à des situations et des objets craints. Cela permet à la personne de se sentir de plus en plus capable de contrôler la situation en subissant une baisse progressive des niveaux d’anxiété. L’exposition peut se faire de deux manières : le thérapeute peut guider la personne à imaginer la situation anxieuse ou peut l’accompagner pour y faire face dans la vraie vie.

Désensibilisation systématique

Faire face immédiatement à nos plus grandes craintes peut parfois être difficile et désagréable. Grâce à la désensibilisation systématique (DS) , nous abordons progressivement les situations d’anxiété pour nous, nous acquérons les outils nécessaires pour gérer l’anxiété, développer la confiance. dans leurs possibilités et apprendre à faire face aux situations redoutées.

La désensibilisation systématique comprend trois phases :

  1. Apprenez les techniques de relaxation. Tout d’abord, le thérapeute enseignera à la personne la technique de relaxation musculaire progressive et de respiration diaphragmatique. La personne devra s’entraîner à la thérapie et à la maison. Lorsque la personne commence à faire face à ses peurs, elle utilisera cette capacité pour réduire les sentiments physiques liés à l’anxiété (tels que tremblements ou hyperventilation) et pouvoir se détendre davantage.
  2. Créez une hiérarchie de situations inquiétantes. La personne créera avec le thérapeute une liste de 10 ou 20 situations inquiétantes, en commençant par le moins d’anxiété pour atteindre les plus redoutés. Par exemple, si le but ultime est de surmonter la peur de voler, vous pouvez commencer par regarder des photos d’avions, imaginer prendre un court vol, puis montez dans l’avion. Chaque étape doit être aussi précise que possible.
  3. Attaquez-vous à chaque étape. Sous la direction du thérapeute, la personne commencera à affronter chaque étape de la hiérarchie. L’objectif est de rester dans la situation en utilisant la relaxation et la respiration jusqu’à ce que l’anxiété diminue. De cette façon, vous apprendrez que les sentiments que vous ressentez ne peuvent pas faire de mal et qu’ils disparaissent progressivement. Lorsque l’anxiété devient trop intense, vous pouvez utiliser les techniques apprises. Une fois l’anxiété réduite, l’attention peut être de nouveau portée sur la situation. Cela vous permet de faire face à chaque situation sans subir de niveaux de stress trop intenses.

Faire fonctionner la thérapie

Il n’existe pas de solution immédiate à l’anxiété. Pour surmonter un trouble anxieux, il faut du temps et des efforts. La thérapie permet de faire face à ses peurs plutôt que de les éviter, il est donc parfois possible d’avoir l’impression de se sentir pire avant de se sentir mieux. L’important est de rester centré sur votre chemin et de suivre les suggestions du thérapeute. Si vous vous sentez découragé, il est important de se rappeler que le traitement de l’anxiété fonctionne et est efficace à long terme.

Vous pouvez rendre la thérapie plus efficace en faisant des choix positifs. Tout peut affecter l’anxiété, depuis votre niveau d’activité jusqu’à votre vie sociale. Faites un choix conscient qui favorise la vitalité, la relaxation et une vision positive de la vie quotidienne.

  • Découvrez ce que vous devez savoir sur l’anxiété. Pour surmonter l’anxiété, il est important de le savoir. C’est ce qu’on appelle en termes techniques la psychoéducation. Cela ne guérit pas l’anxiété à lui seul, mais il peut vous aider à obtenir davantage de résultats grâce à la thérapie.
  • Cultivez vos relations interpersonnelles. Solitude et l’anxiété de l’isolement. Abaissez vos niveaux en étant ensemble avec d’autres personnes et en vous distrayant. Faites de voir vos amis devenir une habitude ; assistez à un groupe d’entraide ou de soutien, partagez vos inquiétudes avec vos proches.
  • Adoptez un mode de vie sain. L’activité physique soulage l’anxiété et la tension, de sorte que vous avez le temps de faire de l’exercice régulièrement. Ne consommez pas d’alcool ou de drogues pour soulager l’anxiété et essayez d’éviter la caféine et la nicotine qui peuvent aggraver vos symptômes.
  • Réduisez le niveau de stress de votre vie. Examinez les niveaux de tension et essayez de les réduire. Évitez les personnes qui vous inquiètent, refusent d’assumer des responsabilités excessives et trouvent le temps de vous détendre et de vous amuser pendant la journée.

Show Buttons
Hide Buttons