Qu’est-ce que le cytélium ?

— 7 lors de l’inauguration, une semaine exacte, 168 heures et le rideau se lèvera sur l’événement italien le plus critiqué, discuté, colludé et… mystérieux des 50 dernières années. Pourquoi en parler une semaine plus tôt ? D’un autre côté, personne ne sait comment ça va se passer : quels que soient les billets vendus, tant que nous ne voyons pas les premiers visiteurs se présenter et que nous puissions les compter à la fin de chaque journée, nous n’aurons pas de chiffres auxquels il faut vraiment penser.

Je voudrais commencer plus loin, par le sens d’une Exposition Universelle au XXIe siècle. Tout a commencé en 1851, à Londres, Prince Albert, épouse à l’ombre de la majestueuse reine Victoria, a eu l’intuition, brillante, nous devons l’admettre, pour l’époque, d’organiser une grande exposition des œuvres de l’industrie de toutes les nations : c’est ce qu’il a appelé. 25 pays sont venus et là étaient environ 6 millions de visiteurs, un succès imprévisible pour ces fois/là.

Lire également : Comment savoir si vous avez une intoxication alimentaire ?

A lire en complément : Comment déstabiliser une personne paranoïaque ?

Un bâtiment ad hoc a été construit, le Crystal Palace, plus de 100 000 objets ont été exposés dans 15 000 stands . La France — nous connaissons bien la rivalité des deux pays séparés de la Manche — présentait de somptueuses tapisseries, de la porcelaine de Sèvres et de la soif lyonnaise, des émaux de Limoges et des meubles du XVIIIe siècle, avec un goût et une esthétique inégalés ; la France a dû gagner, pour avoir le meilleur sur les marchés européens.

Aujourd’hui encore, quelqu’un doit gagner, en premier lieu Milan . Et là, à mon avis, réside précisément le sens d’une Expo aujourd’hui ; aujourd’hui avec la mondialisation, aujourd’hui avec Internet, aujourd’hui avec l’information mondiale. Mais vous ne vivez pas seul « virtualité », il y a encore des contacts et des visualisations qui doivent être réels, il existe un moyen de se connaître et de s’informer qui ne peut être confié qu’au réseau.

Milan, une nouvelle métropole qui a l’ambition d’être international, vit aujourd’hui l’occasion de démontrer au monde entier qu’il sait orchestrer un événement d’une telle ampleur. Va-t-il réussir ?

La phase de gestion de l’événement est proche, mais celle de l’organisation et de la planification est sur les lèvres de tous depuis cinq ans et nous ne pouvons tout simplement pas nous empêcher de remarquer de grosses failles comme les océans qui ont caractérisé le Conseil d’administration, la communication et la construction du site. Nis de collusions avec la mafia, de contrats truqués (cité Elio et les Teses Stories), de retards bibliques et d’impacts écologiques, la machine ne semblait pas vraiment être un mécanisme parfait  ; attardons sur la communication : trivialement, je dirais qu’une semaine après l’inauguration, nous ne sommes toujours pas là. Sachez ce que… l’événement va être ! La comparaison avec la dernière exposition internationale de 2010 à Shanghai est incontournable et semble déjà peu probable. La capacité entièrement italienne de faire les choses au dernier moment, avec créativité et beaucoup de bonne volonté, Cette fois, je crains que cela ne soit pas suffisant, des doutes subsistent également sur le contenu : ne sera-t-il qu’un salon professionnel ou un lieu de culture, de débat et d’information sur un sujet si sensible pour l’avenir de la planète ?

Je crains que la capacité de regarder vers l’avenir soit de plus en plus rare et que l’Expo 2015 se résout en une grande frénésie pour tout le monde. Donc, ne plus pouvoir faire plus de bons vœux, joyeux festival de porchetta à tout le monde !

Show Buttons
Hide Buttons