Comment éviter une épisiotomie ?

Lorsque vous vous apprêtez à faire face à l’accouchement, vérifiez si vous avez tout dans votre valise. Vous assistez à un cours avant la naissance, peut-être en couple et vous faites également une petite gymnastique pour préparer votre corps. Voyons ensemble quelques astuces qui peuvent aider à éviter une déchirure du périnée ou une épisiotomie…

Comment éviter ce risque de déchirure ?

Pendant l’accouchement, le périnée, qui se trouve entre le vagin et l’anus, est soumis à des étirements intenses et peut se déchirer, mais il y a beaucoup de choses à faire pour réduire ce risque.

Lire également : Comment voir s'il s'agit d'un garçon ou d'une fille ?

  • ÉVITER LA POSITION GYNÉCOLOGIQUE : C’est la meilleure position pour risquer une déchirure, ou pire encore une épisiotomie (la fameuse « coupure ») donc mieux pour l’éviter, mais pour favoriser le mouvement tout au long du travail et de l’accouchement, essayez de changer de position entre les poussées pour trouver la position la plus confortable, éviter pression excessive sur le périnée et éviter de souffrir une épisiotomie inutile.
  • ÉVITER LE TRAVAIL ET LA NAISSANCE IMMEUBLE AU LIT : le déplacement pendant cette phase favorise une bonne circulation, la gravité et le mouvement du bassin sont utilisés pour faciliter la descente de l’enfant.
  • UNE BELLE NAISSANCE DANS L’EAU : L’eau chaude peut aider à réduire la perception douloureuse et à favoriser l’étirement des tissus du plancher pelvien, ce qui aidera à limiter le risque de déchirure (tout en favorisant la distension du col de l’utérus pendant l’expiration).
  • TECHNIQUES DE RELAXATION : Une respiration calme et profonde peut aider à détendre les muscles du plancher pelvien et donc une plus grande propension à se détendre.
  • ÉVITEZ LA MANŒUVRE DE VALSALVA : cette technique est basée sur une poussée forcée avec une bouche fermée maintenue pendant 10 secondes, c’est un mode totalement inutile, ce qui nécessite à la mère un effort immense avec un rendement minimal, oui parce que l’efficacité de la poussée est dans les 2-3 premières secondes, puis elle devient inutile, en effet, la tête du bébé est également vue revenir après les premières secondes de poussée parce que maman ne pousse plus dans la bonne direction.
  • FAVORISER LES FRISSONS SPONTANÉS : il est important d’écouter votre corps même pendant les contractions de l’accouchement. En fait, en écoutant vos perceptions, ce sera au corps d’indiquer comment, quand et combien pousser, souvent 2-3 poussées sont faites spontanément dans le même contraction qui s’avère très forte et efficace.
  • POUSSER EN SOUFFLANT OU EN EXHALANT OU EN VOCALISANT : les exhalations et les vocalisations pendant les poussées favorisent la relaxation du plancher pelvien, combinant cette technique aux poussées favorise une bonne descente de l’enfant.
  • ÉVITEZ DE SOUFFRIR DE LA MANŒUVRE DE KRISTELLER : Cette technique a été pratiquement interdite de la salle d’accouchement, bien que dans de nombreux établissements, elle soit encore utilisée, le gynécologue exerce une forte pression sur le fond de l’utérus (partie supérieure de l’utérus) pour sortir rapidement le bébé, le problème est qu’on ne sait pas que cela peut causer de graves dommages, y compris une déchirure du périnée due à un déversement trop rapide de l’enfant qui ne laisse pas le temps aux tissus de se détendre puis de se briser.
  • DEMANDER QUE L’ÉPISIOTOMIE NE SOIT RÉALISÉE QUE SI NÉCESSAIRE : Il s’agit d’une intervention chirurgicale qui ne doit être utilisée que lorsque cela est strictement nécessaire et il y a très peu de cas strictement nécessaires : cliquez ici pour en savoir plus.
  • RESPECTEZ LE MOMENT DE L’ACCOUCHEMENT : accélérez ce moment pas longtemps pour que le périnée se détende et le résultat peut être une déchirure, c’est pourquoi, pendant l’accouchement, la tête du enfant descend sous les poussées et monte un peu quand maman arrête de pousser, de cette façon le plancher pelvien s’étire doucement.
  • NE FORCEZ PAS LA POUSSÉE ET LAISSEZ L’ENFANT FAIRE UN PEU : en fait, en contraction, le petit repose ses pieds sur l’utérus et pousse avec les jambes, accompagnant sa tête vers la sortie, de cette façon aide maman, guide lui-même sa descente et peut effectuer les mouvements nécessaires à la passage dans le canal génital.
  • COMMENCEZ À PARTIR DE LA 34E SEMAINE DE MASSAGE PÉRINÉAL : cette technique réduit le risque de lacérations car elle rend le plancher pelvien plus élastique. De plus, elle peut également donner une idée des perceptions qui se produiront lorsque la tête du bébé appuie sur le périnée. Vous trouverez ici de plus amples informations.
  • PRÉFÈRE LES SOINS OBSTÉTRIQUES PENDANT LA GROSSESSE : La sage-femme est la professionnelle compétente pour aide physiologique à la grossesse, et peut aider les femmes enceintes pathologiques (pour lesquelles une assistance médicale et gynécologique ou un autre professionnel est également nécessaire) pour accompagner et fournir un soutien, un soutien et des informations utiles.
  • BOUGER PENDANT LA GROSSESSE : La gymnastique spécifique conçue pour la femme enceinte rend les muscles périnéaux plus toniques et élastiques, augmente la perception maternelle vers le périnée, ce qui augmente la perception maternelle de la sensation de pression et donc de poussées actives.
  • TRAITER LES CICATRICES PÉRINÉALES : Pendant le massage périnéal, s’il y avait des cicatrices, il est important de leur accorder plus d’attention et de les masser afin de favoriser leur élasticité ; en fait, la cicatrice est une zone plus fragile et plus facile à déchirer. Il est donc important qu’elles soient traitées.

… ET APRÈS L’ACCOUCHEMENT, COMMENT PUIS-JE GUÉRIR UNE DÉCHIRURE POSSIBLE ?

Voici quelques indications pour un soin approprié d’une suture périnéale :

  • Gardez la zone périnéale propre avec de l’eau courante chaque fois que vous allez à la salle de bain, séchez-la bien et utilisez un nettoyant intime une fois par jour (le nettoyant peut assécher la peau et la peau déchirée est encore plus délicate).
  • Changez souvent le sorbant pour que le périnée ne reste pas en contact avec le sang et ne reste pas humide.
  • Dans l’eau utilisée pour laver le périnée, vous pouvez diluer quelques gouttes de teinture mère de souci qui a une action épuisante et favorise la guérison.
  • Pour une guérison rapide, il peut être utile d’appliquer des comprimés imbibés d’eau stérile contenant 5% de teinture mère de calendula (5 ml dans 100 ml d’eau), une telle solution peut être stocké dans une bouteille foncée à conserver au réfrigérateur et l’utiliser à chaque changement. Absorbant pour tremper la gaze ou le chiffon de coton et appliquer entre le périnée et l’absorbant.
  • Pendant que vous allez aux toilettes, l’urine peut causer des brûlures à la plaie. Dans ce cas, il peut être utile de laisser de l’eau froide couler dessus.
  • Enfin, vérifiez qu’il n’y a aucun signe d’infection tel que de mauvaises odeurs, des douleurs ou un gonflement étrange, auquel cas, vous devriez consulter votre sage-femme ou votre gynécologue.

J’espère que toutes ces indications vous seront utiles et, en cas de doute, contactez-moi ou contactez une sage-femme proche de chez vous qui pourra vous donner plus d’informations.

A découvrir également : Quel traitement suivre pour éviter l'avortement ?

Show Buttons
Hide Buttons