Le fer : qu’est-ce que c’est ?

Definition

Le fer est un oligo-élément indispensable à notre organisme, présente en tant que trace dans l’organisme, il est absorbable à travers notre alimentation et ne peut être synthétisé par notre organisme. Il existe d’ailleurs deux types de fer, le fer héminique et non héminique, le premier se trouve dans les viandes et le deuxième plutôt dans les oeufs et légumes. Le fer héminique que l’on trouve dans l’hémoglobine est cependant plus absorbable et grande quantité dans notre organisme. Il est présent partout dans le corps et cela s’explique en grande partie par tous ses bienfaits.Ces bienfaits indispensables sont les suivants :

    A lire aussi : Le saut en parachute, une activité à risque pour les personnes atteintes de crise cardiaque

  • Il permet la synthétisation de l’hémoglobine présente dans le sang et permet le transport de l’oxygène à travers tout l’organisme.
  • Il permet aussi la synthétisation de la myoglobine présente dans les muscles et qui sert au bon fonctionnement du stock d’oxygène
  • Lire également : Achetez les meilleurs matelas pour votre confort

  • Joue un rôle dans les défenses immunitaires et le fonctionnement du système nerveux, ce qui permet à l’organisme de ne pas tomber malade.
  • Enfin, il aide à la production de l’adénosine triphosphate (ATP) , première source d’énergie du corps.

Bienfaits et méfaits

Le corps humain contient en moyenne 2,5 g de fer pour une femme et 4g de fer pour un homme.Il existe plusieurs types de carence en fer, celle d’une absorption basse en fer et celle dont les causes d’un taux de ferritine bas. Une carence en fer, peut provoquer d’ailleurs une maladie grave qui est l’anémie. La quantité de fer dans le sang étant insuffisante pour la production d’hémoglobine dans le sang, l’oxygène est donc mal transporté et en petite quantité et cela crée une difficulté à respirer au moindre effort et une fatigue constante chez les personnes en carence.

Mais trop de fer est aussi un problème. Bien que réguler normalement par le corps en fonction de sa présence dans l’organisme, le fer peut être toxique pour l’organisme. Un surplus de fer peut entrainer ainsi une augmentation de maladies grave qui touche les organes vitaux de notre corps.

Risque de cancer, cirrhose, diabète ou encore des maladies cardiovasculaires peuvent être des conséquences d’une intoxication par le fer. En général cette sur absorption de fer est dû à la présence d’un sur plus anormale de ferritine, la protéine qui permet le stockage du fer dans les cellules de notre corps. Cela entrainant une hémochromatose. Il faut cependant relativiser et noter que les individus ont beaucoup plus tendance à avoir des carences en fer qu’un surplus. Il est cependant déconseillé de prendre des compléments en fer sans avoir consulté un médecin du fait du surplus nocif que le fer peut entrainer.

Où le trouve-t-on ?

Le fer se trouve donc dans l’alimentation, plus particulièrement dans la viande rouge, la volalile, les fruits de mer et le poisson sous forme héminique et non héminique à la fois et dans les légumes verts, œufs et fruits sous formes non héminiques.L’absorption du fer sous forme héminique se fait en général à 25% et celui non héminique à 5%. Certains éléments comme les protéines ou la vitamine c en particulier permettent une meilleure absorption du fer. A contrario certains éléments peuvent diminuer ou empêcher l’absorption de fer comme les tanins qui sont présents dans le thé, café ou encore la bière.

Les différents types de fer

Il existe plusieurs types de fer, chacun ayant ses propres propriétés et utilisations. Il y a le fer pur, qui est un métal mou et malléable. Il se corrode facilement en présence d’eau ou d’oxygène.

Le fer fonte est une forme plus résistante du fer pur. Il contient environ 2 à 4 % de carbone et peut être fondu pour être moulé dans des formes complexes. Le fer forgé est aussi composé de carbone, mais sa teneur ne dépasse pas les 0,3 %. Cela donne au matériau une texture rugueuse et poreuse qui peut être sculptée avec précision.

La ferrite est un type de cristal que l’on trouve souvent dans les alliages de fer. Elle offre une grande résistance à la corrosion grâce à sa structure stable en phase alpha-ferrique. La perlite est un autre cristal communément trouvé dans les alliages de fer • elle résulte du refroidissement lent du métal fondu.

On trouve aussi le carbure de tungstène-cobalt (WC-Co), connu sous le nom courant ‘carbure’. Ce matériau durci sert généralement pour la fabrication des outils industriels tels que les fraises ou les forets.

Chaque type de fer a donc ses avantages et inconvénients selon son utilisation finale : certains seront parfaits pour leur excellente résistance comme la ferrite, alors que d’autres, comme le carbure, conviendront mieux pour leurs propriétés mécaniques élevées.

Les symptômes de carence en fer et comment y remédier

Le fer est essentiel pour la production d’hémoglobine, qui transporte l’oxygène des poumons vers les cellules de notre corps. Une carence en fer peut causer une variété de symptômes tels que la fatigue, l’essoufflement et le teint pâle. Les personnes souffrant d’anémie ferriprive peuvent aussi avoir des ongles cassants ou concaves (en forme de cuillère) ainsi qu’une langue rouge et irritée.

Les femmes enceintes sont particulièrement vulnérables à cette carence car elles ont besoin de plus de fer pour soutenir leur propre santé ainsi que celle du fœtus en développement. Les enfants, surtout ceux âgés entre 6 mois et 2 ans, risquent aussi une carence en fer s’ils ne reçoivent pas suffisamment d’aliments riches en fer dans leur alimentation.

La bonne nouvelle est que ces symptômes peuvent être traités par un simple changement dans l’alimentation ou avec des compléments alimentaires contenant du fer. Manger des aliments riches en vitamine C peut aussi aider le corps à absorber davantage de cet élément crucial ; citons notamment le brocoli, les oranges ou encore les poivrons rouges crus.

Si vous pensez être atteint(e) par une carence en fer, il faut consulter un professionnel de la santé avant tout traitement. Sensible aux besoins individuels liés à chaque patient(e) concerné(e), seul ce professionnel sera capable de définir si un traitement supplémentaire au niveau médical devrait être envisagé pour remédier efficacement à cette insuffisance très courante chez certains groupes de population.