Quel est le rôle d’une infirmière puéricultrice ?

Très souvent confondue avec le métier d’assistante maternelle, la profession d’infirmière puéricultrice est avant tout spécialisée dans l’enfance. L’infirmière puéricultrice remplit un rôle préventif et éducatif tout en prenant soin de la santé et du développement des enfants.

Le rôle principal d’une infirmière puéricultrice

En raison de leurs différents domaines d’intervention, il est généralement difficile de définir précisément le rôle des infirmières puéricultrices. Selon l’endroit où elles exercent, la nature de leur travail sera très différente.

A lire également : Quel est le rôle d’un centre hospitalier ?

Environ la moitié de ces infirmières en santé infantile travaillent dans des cliniques ou des hôpitaux. Les autres travaillent dans des établissements de soins pour enfants, tels que :

À ce jour, cette profession est considérée comme largement féminisée puisqu’elle est exercée à 98 % par des femmes.

Missions d’une infirmière puéricultrice à l’hôpital ou en clinique

Que ce soit dans un hôpital ou dans une clinique, une infirmière puéricultrice a pour principales responsabilités de soigner et d’informer les patients. Elle réalise le premier examen médical du nouveau-né dans le service de maternité et s’occupe des mères pendant les premiers jours de vie de leur enfant. Elle élabore aussi le plan alimentaire de la mère et de l’enfant et la conseille pour l’allaitement, le bain, etc.

Sur le plan de sa carrière, elle évolue généralement dans le domaine de la pédiatrie où elle fournit tous les services infirmiers, à savoir :

  • les pansements,
  • les prises de sang,
  • les perfusions,
  • préparation chirurgicale,
  • surveillance postopératoire, etc.

De plus, elle conseille les parents et les accompagne tout au long de l’hospitalisation de leur enfant. C’est d’ailleurs pour cela que les parents la préfèrent comme interlocutrice. Elle constitue de ce fait un membre important du personnel médical et développe des liens forts avec ses jeunes patients.

Fonctions d’une infirmière puéricultrice dans une PMI

Lorsqu’une puéricultrice travaille dans en revanche une PMI, ses principales tâches sont la prévention, la protection et l’éducation. Elle dispense également des consultations et entretient des relations à long terme.

En outre, elle a aussi la possibilité de surveiller l’état de santé des femmes enceintes et de fournir les meilleurs soins aux mères et à leurs enfants. Pour faire ce travail efficacement, elle doit travailler en coordination avec les infirmières, les médecins et les sages-femmes.

Dans certains cas, elle peut même se rendre au domicile des familles concernées pour les sensibiliser aux éventuels dangers que l’enfant et sa mère pourraient encourir.

Missions d’une infirmière puéricultrice dans les crèches et haltes-garderies

Dans ces structures, l’infirmière puéricultrice a un rôle plus formateur. Elle encadre les aides-soignantes, les auxiliaires de puériculture et les éducateurs. Elle est chargée de créer des projets pédagogiques tout en participant à la formation du personnel médical. En plus, elle est aussi capable d’intervenir en cas d’urgence lorsqu’un problème de santé est grave.

Comment une infirmière puéricultrice peut-elle contribuer au bon fonctionnement d’un service de pédiatrie ?

Une infirmière puéricultrice a les connaissances nécessaires pour accompagner les parents dans la rencontre avec leur enfant en leur prodiguant les premiers soins. En plus de ces soins (portage de l’enfant, hygiène, etc.), elle peut également identifier rapidement une pathologie et alerter les médecins.

Elle est aussi apte à suivre l’évolution de la santé des enfants en surveillant leurs paramètres vitaux (température, fréquence cardiaque et respiratoire).

Les compétences requises pour devenir infirmière puéricultrice

Devenir infirmière puéricultrice nécessite un niveau d’études élevé. Il faut effectivement être titulaire du diplôme d’État d’infirmier, puis passer une année de spécialisation en puériculture pour obtenir le diplôme d’État d’infirmier puériculteur.

Mais les compétences requises ne s’arrêtent pas là. Une infirmière puéricultrice doit faire preuve de patience et de douceur dans son approche avec les enfants et leurs parents. Elle doit aussi avoir une grande capacité à gérer le stress qui peut accompagner certaines situations difficiles, comme la maladie ou l’hospitalisation des enfants.

Elle doit posséder un sens développé de l’observation pour identifier rapidement tout problème chez un enfant et mettre en place les actions nécessaires pour y remédier.

Il faut penser à bien travailler en équipe avec différents professionnels (médecins, psychologues) afin de fournir aux patients des soins complets et efficaces.

L’importance de la collaboration avec les parents dans le travail de l’infirmière puéricultrice

Une infirmière puéricultrice ne travaille pas seulement avec les enfants, mais aussi avec leurs parents. La collaboration et la communication entre l’infirmière et les parents sont primordiales pour offrir des soins complets aux enfants.

Lors de l’hospitalisation d’un enfant, les parents peuvent être très inquiets et stressés. L’écoute active et la bienveillance de l’infirmière puéricultrice peuvent aider à calmer ces angoisses.

Par exemple, en expliquant clairement ce qui se passe pendant le séjour à l’hôpital ou en montrant comment effectuer certains soins à domicile si nécessaire, elle peut donner aux parents un sentiment de contrôle sur la situation.

Une bonne relation entre l’infirmière puéricultrice et les parents permet une meilleure compréhension des besoins spécifiques de chaque enfant. Les informations fournies par les parents sur leur enfant (ses habitudes alimentaires, son rythme quotidien) peuvent aider à adapter au mieux les soins prodigués.

Impliquer activement les parents dans le suivi médical post-hospitalisation est fondamental. Une infirmière puéricultrice doit travailler avec eux pour mettre en place un plan d’action efficace pour que le rétablissement se déroule sans accroc après leur sortie de l’établissement hospitalier.